Facebook Twitter Vimeo
Ministère de l’Hydraulique
et de l’Assainissement

Accueil / Actualités / Actualités du ministère / Hydraulique et de l’assainissement : le Sénégal veut atteindre l’universalité (...)

Hydraulique et de l’assainissement : le Sénégal veut atteindre l’universalité de l’accès à l’eau en 2021

D’un montant de 56.246.603.000 de FCfa, le projet de budget du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, a été voté, hier, à l’Assemblée nationale. Un budget qui a connu une hausse de 1.969.725.920 de FCfa. Avec un financement extérieur attendu, ce ministère compte d’ici 2021 atteindre l’universalité de l’accès à eau au Sénégal.

Publié le 6 décembre 2016

2021, une année à objectifs pour le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Cette année-là, le Sénégal va accueillir le Forum mondial de l’eau qui est l’évènement phare de la gouvernance de l’eau dans le monde.
Le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, veut avant cette date, atteindre l’universalité de l’accès à eau au Sénégal. Ce qui passera par des dépenses d’investissements dans l’hydraulique urbaine et rurale. D’ailleurs le projet de budget met l’accent sur les investissements qui tournent au tour de 94 %. Des investissements qui concernent, pour l’hydraulique urbaine, la phase 3 de l’Usine de Keur Momar Sarr et le projet de dessalement de l’eau de mer.

Ces projets, selon le ministre Mansour Faye, vont aussi recevoir une part importante de financement extérieur. D’un coût de 900 milliards de FCfa, ces projets, en plus de ceux de l’hydraulique rurale, sont prévus de 2017 à 2019. « Le projet Keur Momar Sarr va renforcer Dakar. Nous sommes à la phase d’appel d’offres. Les travaux devront démarrer en 2017 pour une durée de deux ans durant lesquels il est prévu une période transitoire de soutien pour la ville de Dakar », a dit Mansour Faye.

Aujourd’hui, l’eau consommée à Dakar provient à 50 % de l’usine de Keur Momar Sarr. C’est ainsi que Mansour Faye compte sur son élargissement pour résoudre durablement la fourniture en eau de la capitale. Un autre projet est aussi prévu dans ce sens. C’est le dessalement de l’eau de mer financé par le Japon. Le ministre de l’Hydraulique parle d’un projet de 150 milliards de FCfa avec 75 milliards pour l’usine de dessalement des Mamelles et 70 milliards de FCfa pour la construction du réseau à Dakar.

La réforme de l’hydraulique rurale est en marche

A côté de l’hydraulique urbaine, celle rurale va aussi recevoir sa part dans ce financement avec 66 milliards de FCfa prévus pour la construction de 251 forages dans le monde rural. Mis en place depuis 2014, l’Office des forages ruraux (Ofor), qui a en charge une bonne partie de l’hydraulique rurale, va ainsi monter en puissance, selon Mansour Faye.

Les forages réalisés par le Programme d’urgence pour le développement communautaire (Pudc) (une centaine) seront transférés à l’Ofor pour la gestion et l’exploitation. Avec cette mission, l’Ofor va ainsi hériter de beaucoup de charges de la direction de l’hydraulique rurale qui se concentrera, à en croire Mansour Faye, à la planification et au contrôle. Dans le cadre aussi de l’hydraulique rurale, un autre projet est en cours pour la zone du Ferlo, avec un financement de 74 milliards de FCfa. Ce qui, à terme, va faire de cette du Ferlo à la fois une zone sylvo-agropastorale et d’agriculture.

Manque d’eau dans Dakar : une panne d’électricité du barrage de Manantali à l’origine

L’interpellation est venue du député Hélène Tine qui a parlé de manque d’eau dans la capitale depuis deux jours et aussi selon ses mots d’un « pilotage à vue » de l’usine de Keur Momar Sarr. Ce qui expliquerait selon elle, les pannes récurrentes.

En réponse, Mansour Faye a lié l’explication de la panne d’électricité au barrage de Manantali. Ce qui a occasionné un arrêt dans l’usine de Keur Momar Sarr qui fournit 50 % de l’eau consommée à Dakar. « Il y a un déficit dans la production d’eau à Keur Momar Sarr dû à cette panne d’électricité. Nos équipes sont sur place pour faire revenir la situation à normal. D’ici demain, certainement la situation va revenir à la normale », assure-t-il. Mansour Faye affirme aussi que beaucoup de réformes ont été entreprises depuis la panne de 2013 pour diminuer la vulnérabilité de cette usine, comme l’autonomisation de la fourniture en électricité.

Collecteur de Fann-Hann : une étude sérieuse sur l’édifice pour sa réhabilitation

Lors de son passage à l’Assemblée nationale, Mansour Faye a reçu beaucoup de questions relatives au collecteur de Fann-Hann, qui selon beaucoup de députés, représente une menace pour la ville de Dakar. « La partie qui présentait beaucoup plus de risque dans ce collecteur, a été changé, sur une distance de 700 m. Pour le reste, nous sommes en train de mener une étude sérieuse sur ce collecteur pour sa réhabilitation. Ce collecteur traverse beaucoup de quartiers, des habitations, entre autres, et il faut une étude sérieuse pour commencer les travaux de réhabilitation », informe Mansour Faye.

Source : journal le soleil du mardi 6 décembre 2016

> Voir les photos