Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement

Facebook Twitter Vimeo Abonnement newsletter

Accueil / Projets / Projets à venir / Construction d’une unité de dessalement aux Mamelles

Construction d’une unité de dessalement aux Mamelles

L’usine de dessalement de l’eau de mer des Mamelles aura une capacité de 50.000 m3/jour extensible à 100.000 m3/jour. Elle devra coûter 135 milliards FCFA (206 millions d’Euros). Le financement sera assuré par la JICA.

Contexte général

Les projections sur l’Alimentation en Eau Potable de Dakar nécessitent une réactivité en termes de construction d’ouvrages destinés à renforcer la production : le déficit d’eau potable atteindra 202.017 m3/j en 2025 et 390.888 m3/j en 2035. Les facteurs de la précarité dans l’accès à la ressource sont la croissance démographique pour Dakar et, par extension, Thiès et la Petite Côte. A elle seule, Dakar consomme plus de 70% de la production du périmètre affermé.

Ces projections ont cours dans un contexte de lancement du Plan Sénégal Emergent (PSE) dans lequel l’eau occupe une place centrale.

La SONES, sous l’impulsion du Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement encourage la mobilisation des eaux du Lac de Guiers à travers la construction de la troisième usine de Keur Momar Sarr (KMS3). Il y a également la diversification des sources d’eau potable, à travers le dessalement de l’eau de mer. Le projet d’usine aux Mamelles répond à cet impératif.

Contexte spécifique

La diversification des sources d’eau potable est une voie explorée par la SONES. Durant la crise de 2013 (arrêt de l’usine de Keur Momar Sarr pendant deux semaines et pénurie d’eau à Dakar), cette idée a alimenté le débat public.
Il y aura une usine à Dakar, sur le site des Mamelles. Sa particularité est d’être proche des zones de consommation.

Ce projet comporte un volet Renouvellement de 460 kilomètres de réseaux de distribution de Dakar. Le démarrage des travaux est prévu au mois de janvier 2018 et la fin en 2021.

Dimension technique et sociale

Il s’agit donc de montrer le projet dans toutes ses dimensions :

  • Sa justification : la production d’eau potable destinée à la région de Dakar ;
  • Son montage par des ingénieurs nationaux et son financement par la Coopération japonaise…
  • Son apport : 100.000 m3 supplémentaires en guise de réponse structurelle à la demande actuellement prise en charge par KMS 1 et 2, en plus des forages ;
  • Sa configuration technique : implantation à Dakar, renouvellement du réseau…
  • Sa fonction économique et sociale : satisfaction de la demande, réponse à la démographie (extensions), lutte contre la pauvreté (branchements sociaux), la réponse aux besoins des secteurs de la Production (disponibilité de la ressource dans une zone à grande activité économique et commerciale).

Important à noter

  • Accroître la capacité de production de Dakar ;
  • Diversifier les sources de production ;
  • Améliorer la disponibilité de l’eau 24/24 ;
  • Renouveler près de 420 kilomètres de réseau de Dakar 1 ;
  • Améliorer le rendement de réseau et réduire le volume d’eau non facturé de 27% à 20%.