Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement

Facebook Twitter Vimeo Abonnement newsletter

Accueil / Actualités / Actualités du ministère / Accès à l’eau potable : un programme d’urgence du ministère de l’hydraulique (...)

Accès à l’eau potable : un programme d’urgence du ministère de l’hydraulique pour Rufisque

Le ministre Mansour Faye s’est voulu pragmatique, hier, à Rufisque, en instruisant à ses services d’initier des programmes d’urgence pour résoudre les problèmes d’approvisionnement en eau dans différents quartiers de cette localité.

Publié le 24 janvier 2017

Le directeur général de la Sones, Charles Fall, n’y est pas allé par quatre chemins pour appliquer la directive ministérielle de résoudre « définitivement » les problèmes d’approvisionnement en eau potable récurrents dans plusieurs quartiers de Rufisque.

Hier, dans son exposé après une visite de terrain effectuée dans différents quartiers de Rufisque Nord et Est, M. Fall a signalé que 11 km d’extension de réseau seront réalisés dans cinq quartiers de la commune. Il s’agit de Darou Nahim, Touba Alwar, Darou Karim Extension, Darou Rahmane Nord et la Coopérative d’habitat « Association pour le développement de Diokoul ».

Compte tenu des « solutions immédiates », préconisées par le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement au bénéfice de ces populations, le directeur général de la Sones a souligné que des travaux de renforcement du réseau seront lancés d’ici le mois de mars. « Environ 551 millions de FCfa sont prévus pour Rufisque », a-t-il indiqué, non sans signaler les problèmes de ces quartiers qui ont pour noms : « absence de lotissement, habitations spontanées, etc. ».

« La plupart de ces quartiers sont situés en hauteur, c’est le cas de Darou Nahim à Gouye Mouride et de Darou Rahmane Nord », a dit Charles Fall.

« Nous sommes rassurés »

Pour le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, c’est une enveloppe globale d’un milliard qui sera dégagée au profit de Rufisque pour son assainissement et pour l’extension de son réseau d’eau potable. « Nous sommes dans une dynamique d’apporter des solutions aux préoccupations des Rufisquois que vous êtes et de l’ensemble des Sénégalais », a-t-il dit.

Certes, le budget du ministère est déjà voté, mais Mansour Faye compte, avec la loi de finances rectificative (Lfr), permettre à ses services d’exécuter l’ensemble des directives données pour 2017 au profit de Rufisque.

Avec une population estimée à 600.000 âmes et 12 collectivités locales, l’assainissement et l’approvisionnement en eau demeurent des contraintes pour la « vieille ville ». C’est pourquoi les mesures prises, hier, par le ministre et ses services viennent à point nommé. L’espoir est permis, selon la plupart des élus locaux de la cité de Mame Coumba Lamb surtout chez les maires des différentes communes (Est-Ouest et Nord) et l’édile de la ville, Daouda Niang. « Nous sommes rassurés par ce que nous venons d’entendre », a dit le président du Conseil départemental de Rufisque, Souleymane Ndoye. Il a salué « le pragmatisme et l’engagement » du ministre auprès du chef de l’Etat, Macky Sall.

Toutefois, selon M. Ndoye, le mérite revient au Collectif pour le développement local (Codel) de Colobane Gouye Mouride qui a été à l’origine de cette visite du ministre Mansour Faye à Rufisque. « Ce collectif a beaucoup travaillé avec moi sur diverses questions. Et j’ai pris la décision d’aller voir le ministre avec le Codel. Depuis lors, vous avez fait tout ce que vous aviez promis », a-t-il expliqué.

Source : journal le Soleil