Facebook Twitter Vimeo
Ministère de l’Hydraulique
et de l’Assainissement

Accueil / Actualités / Actualités du ministère / Accès à l’eau potable : Les communes de Diacounda et Médina Wandifa (...)

Accès à l’eau potable : Les communes de Diacounda et Médina Wandifa soulagées

Face à la forte demande en eau des populations des communes de Sédhiou, le gouvernement a apporté des solutions à Diacounda et Médina Wandifa. Ceci, grâce au partenariat avec l’Union européenne dans le cadre du Programme d’eau potable et d’assainissement du millénaire (Pepam-Ue) ou dans le cadre du Bci (Budget consolidé d’investissement).

Publié le 30 avril 2017

Avant de faire cap sur Sédhiou, le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, ainsi que les directeurs généraux de la Sones, Charles Fall, de l’Onas, Alioune Badara Diop, et de l’Ofor, Lassana Gagny Sakho, se sont rendu dans la commune de Diacounda pour s’enquérir du nouveau forage construit dans le cadre du partenariat avec le Programme d’amélioration de l’accès à l’eau et à l’assainissement dans trois zones rurales du Sénégal.

D’une enveloppe de 18 milliards de FCfa, ledit programme va permettre la construction d’ouvrages hydrauliques et d’assainissement individuel et collectif, ainsi que la réalisation de plans de gestion des ressources en eau. Kolda, Tambacounda et Sédhiou sont les trois régions concernées. A Sédhiou, il est prévu la construction de 16 forages, dont 3 à Diacounda. Ainsi, le forage de Diamamboli à Diacounda est d’une profondeur de 136 m3 et 64 m3/h. Il va polariser 7 villages, à savoir Yacko ouolof, Yacko diola, Kamoghone antenne, Kamoghone village, Diamamboli, Kankoulero et Diacounda.

Selon Marc Boucey, le chef de la coopération de l’Union européenne au Sénégal et en Gambie, le projet Pepam-Ue va contribuer au bien-être des populations sénégalaises et surtout à celles des régions de Tambacounda, Kolda et Sédhiou, les plus déficitaires en matière d’accès à l’eau potable.

A terme, il est prévu la réalisation de 10.000 ouvrages d’assainissement pour 60.000 bénéficiaires. Pas moins de 360 villages seront raccordés. Pour sa part, le ministre Mansour Faye a salué « l’appui constant » de l’Union européenne dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations.

« Promesse tenue »

Avant Diacounda, Mansour Faye s’était rendu à Médina Wandifa qui dispose d’un château d’eau flambant neuf financé dans le cadre du Bci. Pour le ministre de l’Hydraulique, la construction de cette nouvelle infrastructure est aussi « une promesse tenue » par le chef de l’État lors du Conseil des ministres déconcentré à Sédhiou. « Aujourd’hui, le château d’eau est opérationnel, l’eau est disponible et il ne reste que quelques détails à gérer », a dit M. Faye qui a en profité pour rassurer les populations sur la couleur de l’eau. « Ce n’est certes pas agréable à voir, mais l’eau n’est pas impropre à la consommation, mais nous allons tout faire pour améliorer sa qualité ».

Pour Malang Seyni, maire de Médina Wandifa, le président de la République a maintenant soulagé les 14.000 habitants de sa commune avec la construction de ce château d’eau. Pour les autres localités, telles que Dienné, Karcia et Diassimandé, qui réclamaient un forage ou la réparation de celui existant, le ministre a donné les instructions fermes à ses différents services compétents, en particulier au directeur général de l’Office des forages ruraux (Ofor), pour apporter une solution définitive aux préoccupations des populations.

M. NDONG avec le ministère de l’hydraulique et de l’assainissement

[
][
][
][
][
][
]