Facebook Twitter Vimeo
Ministère de l’Hydraulique
et de l’Assainissement

Accueil / Actualités / Actualités du ministère / Accès à l’eau potable : 1,5 million de personnes ciblées à Kaolack et (...)

Accès à l’eau potable : 1,5 million de personnes ciblées à Kaolack et Kaffrine

Les populations du monde rural des régions de Kaolack et de Kaffrine auront désormais une eau de qualité et en quantité. C’est la quintessence d’un contrat d’affermage signé hier entre l’Office des forages ruraux (Ofor) et l’entreprise FlexEau. La cérémonie a été présidée par le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye.

Publié le 25 janvier 2017

La Délégation de service public de l’eau suit son cours. Après la signature de contrat d’affermage avec la Société d’exploitation d’ouvrages hydrauliques (Seoh), et avec Aquatech/Sénégal, l’Office des Forages ruraux (Ofor) vient d’attribuer la gestion et l’exploitation des services d’eau à l’entreprise FlexEau.

La signature de contrat a été présidée hier par le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, en présence du Secrétariat chargé de l’Hydraulique rurale, Diène Faye. « Conformément aux procédures légales en vigueur, le groupement FlexEau a été sélectionné pour intervenir dans les régions de Kaolack et de Kaffrine avec un patrimoine de 279 forages et une population estimée à 1.500.000 de personnes », a souligné le ministre, Mansour Faye. Désormais la production, la distribution et la commercialisation de l’eau potable dans ces deux régions incomberont à l’entreprise sélectionnée. Elle a la responsabilité de fournir une eau de bonne qualité et en quantité suffisante à une frange importante de la population du Bassin arachidier qui buvait une eau de forte teneur en sel et en fluor.

En fait, l’amélioration de la disponibilité des services et de la qualité est le soubassement de la seconde génération de la réforme entreprise par les autorités. « Son Excellence, Monsieur Macky Sall, président de la République a engagé le gouvernement à mettre en œuvre la deuxième phase de la réforme de la gestion des forages en milieu rural, traduisant ainsi sa volonté d’assurer aux populations un meilleur service », a réitéré le ministre. L’attribution d’un périmètre par fermier répond à un souci de performance. En constituant un opérateur unique par zone a soutenu le ministre, nous serons plus efficaces et disposerons aussi une masse critique de compétences nécessaires pour mener des opérations d’envergure.

Cette quête de la performance va induire concomitamment la réduction des disparités en termes d’accès et de disponibilité. « Kaolack/Kaffrine qui au-delà de ces chiffres, sera un tournant pour cette formidable réforme de l’hydraulique rurale que dis-je encore on devrait plutôt parler de révolution parce qu’en réalité, il s’agit bien de cela, il s’agit d’équité, de justice sociale mais de progrès économique et social », a affirmé le directeur général de l’Ofor, Lansana Gagny Sakho.

Régler le probléme de salinité de l’eau

L’entreprise concessionnaire a promis d’introduire des technologies aussi bien pour l’exploitation et la distribution que pour la potabilisation de la ressource. Ainsi, le transfert d’eau sera une option forte. Cette solution a déjà donné des résultats concluants avec la Délégation de service public (Dsp) Notto Ndiosmone Palmarin/ Gorom Lampsar. « Cette signature est l’aboutissement d’un long processus. C’est une occasion pour nous d’ouvrir une fenêtre pour régler définitivement les problèmes de potabilité de l’eau. Nous allons recourir à des technologies modernes comme la télésurveillance, en cas de panne, nous pouvons intervenir rapidement. En somme, c’est un challenge pour nous d’assurer une eau de qualité et en quantité suffisante », a reconnu le directeur de FlexEau, Pathé Diagne.

La mise en œuvre de la réforme se poursuit. Les collectivités locales ont reconnu qu’une bonne campagne d’information, de sensibilisation a été déroulée, ce qui a permis de lever les équivoques. Le secrétaire général de l’Association des maires du Sénégal, Oumar Bâ a souhaité que cette approche holistique soit adoptée par les fermiers. « La signature du contrat d’affermage pour les régions de Kaolack et de Kaffrine marque une étape importante dans le processus de mise en œuvre de la réforme. Nous étions les premiers adversaires de cette réforme mais grâce à la persuasion du directeur général, nous nous sommes joints à l’Ofor. Les collectivités locales attachent une importance à la réforme  », note Oumar Bâ.

Source : journal le Soleil